Bach : Cantates de Noël et de l’avent

Trois cantates les 6 – 13 et 18 décembre 2020 pour le temps de Noël et l’Avent

Dimanche 6 décembre 2020 -15h30

Église St Saturnin de Nogent-sur-Marne (94)
Dimanche 13 décembre 2020 – 17h00

Eglise St-Gervais St-Protais à Bry-sur-Marne (94)

Vendredi 18 décembre 2020 – 20h30

Le SEL à Sèvres (92)

Aucune description de photo disponible.

Le Capriccio Français a régulièrement mis à son programme des cantates de Bach. Le corpus est immense (plus de 200), et leurs qualités exceptionnelles font que l’on se plonge toujours avec bonheur dans cet univers.

Parmi toutes les cantates religieuses, on en compte pas moins de 14 composées pour Noël. La tradition voulait que l’on donne une première cantate le 25, une deuxième le 26, et la dernière le 27. Nous permettrons ainsi au spectateur de découvrir, le temps d’une soirée, ce que près de trois siècles auparavant les paroissiens de Leipzig ont pu entendre.

Wachet auf, ruft uns die Stimme

Pour commencer ce programme, nous avons choisi de donner une cantate de l’Avent avec la plus célèbre d’entre elles et son fameux thème du choral du veilleur.

Christum wir sollen loben schon

Luther prend pour base, dans cette cantate, un très ancien texte de Noël. Bach, dès le début de

la cantate, met le texte en musique fort diffé- remment de ce qu’il avait fait pour la précé- dente cantate (il tenait compte du fait que ses paroissiens devaient être surpris chaque jour). Alors que dans le cantate du 25 décembre, dans le chœur initial, instruments et chanteurs montraient toute leur virtuosité, dans celle-ci les instruments doublent les voix, dans une re- cherche de simplicité au service du texte. Dans le premier air, le soliste dialogue avec un haut- bois d’amour, donnant à cette cantate sa cou- leur pastorale. Puis le soliste basse est accom- pagné par toutes les cordes, avant l’ultime cho- ral.

Ich freue mich in dir

Bach sentant que ses choristes seraient fati- gués à la fin de cette période de Noël a choisi un premier chœur tout en simplicité, sous forme d’un choral, dont les courtes sections ne présentent aucun développement. Le canto de Leipzig donne à entendre à nouveau un air avec deux hautbois d’amour, puis un très bel aria pour la soprano avant de conclure sur le choral.

PROGRAMME :

Johann Sebastian Bach 1685–1750

Wachet auf, ruft uns die Stimme BWV 140

« Réveillez-vous, ainsi la voix nous appelle ».

Cordes, hautbois, cors, orgue Solistes : soprano, ténor et basse

Christum wir sollen loben schon BWV 121

« Nous devons louer le Christ ».

Cordes, hautbois d’amour, orgue Solistes : soprano, alto, ténor et basse

Ich freue mich in dir BWV 133

« Je me réjouis en toi ».

Cordes, hautbois d’amour, orgue Solistes : soprano, alto, ténor et basse